le-blog-indispensable.fr
Image default
Bien-être

Acheteuse compulsive : comment en guérir avant les périodes de fête ?

Acheteuse compulsive, les fêtes de fin d’année approchent, gare à vous !

Il n’est plus question de finir l’année avec des découverts, des dettes et les reproches de votre conjoint.

Cette fois-ci, vous allez vous maitriser !

Acheteuse compulsive : Comment en guérir avant les périodes de fête ?

Vous ne voulez plus être une acheteuse compulsive ? Je sais comment vous pouvez décrocher !

Acheteuse compulsive : Quand le shopping devient une addiction

Les femmes et le shopping, c’est une grande histoire d’amour.

Mais n’est-il pas vrai, mesdames, que vous n’achetez que ce qui est utile ?

Ce n’est pas le cas de l’acheteuse compulsive. Plus de la moitié des choses qu’elle achète ne lui servent à rien.

Mais elle achète quand même, parce qu’elle ne peut pas s’en empêcher.

La preuve ? Elle s’en veut à mort une fois l’objet acquis.

L’achat compulsif est une addiction.

A Paris, plus d’un tiers des femmes présentes dans un centre commercial avouent souffrir de cette pathologie.

Acheteuse compulsive : Comment devient-on une accro au shopping ?

Ça commence toujours par une simple convoitise.

L’acheteuse compulsive fera une fixation sur un objet : la petite robe noire qu’elle a aperçue par hasard, la même chaussure mais en différent coloris…

Cet objet n’est pas indispensable, mais il l’obsédera tant qu’elle ne l’aura pas.

Elle fera alors tout pour l’avoir. Quitte à faire un détour considérable, à braver temps et tempêtes et même à emprunter de l’argent.

Évidemment, comme toute obsession, cette acquisition provoquera un plaisir intense.

Mais à mesure que l’acheteuse compulsive cède à ses tentations, elle devient une shopping addict.

Acheteuse compulsive : Comment décrocher ?

La dépendance au shopping est un trouble psychologique, au même titre que  la dépendance à l’alcool, à la cigarette ou au jeu.

L’acheteuse compulsive agit ainsi pour combler un vide, pour compenser un manque…

Pour décrocher, il suffit donc de trouver l’origine du mal-être et d’y remédier.

Pour cela, les thérapies cognitivo-comportementales et l’hypnose sont les meilleures solutions.

Un exemple concret ? Lisez cet article : « L’hypnothérapie pour arrêter de fumer sans souffrir ».

Stockimages © freedigitalphotos.net

Related Articles

La psychothérapie, une solution pour les mythomanes

Irene

Alcoolodépendant ? La TCC va vous guérir…

Irene

La therapie conjugale est toujours sujet à controverse. Est-elle vraiment nécessaire ?

Irene