le-blog-indispensable.fr
Image default
Santé

Méningite aseptique : définition, cause, symptômes, traitement

La méningite aseptique est une condition à l’origine de l’inflammation des membranes qui enveloppent le cerveau et la moelle épinière. Il arrive que cette inflammation soit due à une infection bactérienne. Lorsque l’inflammation n’est pas causée par une bactérie, ou lorsqu’il n’est pas possible de cultiver l’organisme bactérien pour l’identifier en laboratoire, la méningite est dite asceptique . Dans la plupart des cas, les méningites asceptiques sont d’origine virale.

Nourrissons et jeunes enfants sont les plus touchés par la méningite aseptique. Bien qu’une méningite aseptique puisse vous donner le sentiment d’être malade, elle est d’ordinaire moins virulente qu’une méningite bactérienne. Selon la clinique Mayo (Mayo Clinic), les complications graves sont rares et il est probable qu’en deux semaines, vous vous sentirez mieux (Mayo Clinic).

Causes

Environ la moitié de tous les cas de méningite aseptique sont causés par des virus saisonniers, courants à la fin de l’été et au début de l’automne. Vous pouvez contracter la maladie par contact avec les expectorations, la salive ou les matières fécales d’une personne infectée. D’autres virus peuvent être cause de méningite. Il s’agit notamment :

  • de la varicelle ;
  • du VIH ;
  • de l’herpès (d’ordinaire, de type 2) ;
  • des oreillons ;
  • du virus du Nil occidental ;
  • de la rage.

Votre médecin peut soupçonner qu’un virus peut être à l’origine de la méningite ; il ne sera néanmoins pas en mesure d’identifier le type spécifique du virus.

Autres conditions susceptibles d’être, bien que rarement, à l’origine d’une méningite aseptique :

  • une infection fongique ;
  • la syphilis ;
  • la maladie de Lyme ;
  • la tuberculose ;
  • des allergies médicamenteuses ;
  • des pathologies inflammatoires.

Le développement d’une méningite aseptique peut être foudroyant ou, au contraire, nécessiter quelques semaines, en fonction de l’organisme responsable.

Risques

Les enfants de moins de cinq ans sont les plus vulnérables à la méningite aseptique. Les vaccins qui protègent les enfants contre la méningite bactérienne ne sont pas toujours efficaces contre la méningite aseptique qui est d’origine virale.

Le risque de contracter un virus cause de méningite est accru lorsque l’enfant est scolarisé ou fréquente une garderie. Les adultes qui travaillent dans des établissements d’enseignement ou des installations de soin courent également un risque.

Vous courez un risque accru de développer une méningite si vous êtes atteint(e) d’une condition qui affaiblit votre système immunitaire, telle que le SIDA ou le diabète.

Symptômes

Un virus ou une autre maladie peut également être à l’origine du développement d’une autre maladie. Dans ce cas, il est possible qu’en plus de symptômes de méningite, vous présentiez ceux de la première condition.

Il arrive que les symptômes de la méningite ne soient pas apparents tant que la condition initiale n’a pas disparu. Les symptômes de la méningite aseptique, ou virale, sont notamment, chez l’enfant comme chez l’adulte, les suivants :

  • une fièvre ;
  • des frissons ;
  • des douleurs stomacales ;
  • des maux de tête douloureux ;
  • des courbatures ;
  • la sensibilité à la lumière ;
  • une perte d’appétit ;
  • des vomissements ;
  • la fatigue.

Les très jeunes enfants et les nourrissons peuvent également présenter les symptômes suivants :

  • de la fièvre ;
  • une irritabilité et des pleurs plus fréquents ;
  • des difficultés pour déglutir ;
  • une tuméfaction du crâne de l’enfant au niveau de la fontanelle.

La méningite aseptique est souvent une condition bénigne, et il est possible que vous vous rétablissiez de vous-même, sans traitement. Dans la mesure où il est aisé d’en confondre les symptômes avec ceux de la grippe ou du rhume, il est possible que vous ne sachiez jamais que vous avez une méningite. À ce titre, la méningite aseptique diffère donc radicalement de la méningite bactérienne, qui cause des symptômes graves et peut être mortelle.

Si vous craignez que votre enfant ou vous-même n’ayez une méningite, il est néanmoins recommandé de consulter un médecin. Sans examen médical, il peut être difficile de déterminer, à un stade précoce, le type de méningite dont vous êtes atteint(e). Bien que cela soit rarement le cas, une méningite aseptique entraîne parfois de graves complications. Il est important que votre médecin soit en mesure de vous suivre jusqu’à votre complet rétablissement.

Si vous constatez l’un ou l’autre des symptômes suivants, consultez immédiatement un médecin :

  • une raideur de la nuque accompagnée de douleurs ;
  • des crises de type épileptique ;
  • un état confus ;
  • des maux de tête persistants et invalidants.

Diagnostic et traitement

Diagnostic et traitement

Si votre médecin estime qu’il est possible que vous soyez atteint(e) de méningite, il voudra sans doute procéder à des analyses afin de déterminer s’il s’agit d’une méningite aseptique ou bactérienne, la seconde forme étant nettement plus dangereuse. Il pourra prélever un échantillon de sang pour analyse, vous prescrire des radiographies ou un tomodensitogramme pour localiser les régions tuméfiées ou les zones d’inflammation, ou encore une ponction lombaire.

La ponction lombaire (qui suppose l’extraction de liquide céphalorachidien de votre colonne vertébrale) est l’unique manière de diagnostiquer définitivement une méningite. Le liquide céphalorachidien est fabriqué par le cerveau. Il enveloppe et protège le cerveau et la moelle épinière. Si vous êtes atteint(e) de méningite, le liquide extrait contiendra plus de globules blancs (leucocytes) et de protéines. Le liquide ponctionné peut également aider le médecin à déterminer si une bactérie, un virus ou d’autres agents infectieux sont à l’origine de la méningite.

Dans le cas d’une méningite virale, d’autres tests peuvent être nécessaires pour identifier le virus. Lorsque votre médecin craint que vous ne soyez atteint(e) d’une condition sous-jacente grave à l’origine de la méningite, il pourra vous prescrire des tests supplémentaires, tels que des analyses de sang ou des séances d’imagerie de diagnostic.

Les options de traitement dépendent de la cause spécifique de la méningite. Dans de nombreux cas, la méningite d’origine virale guérit seule en une à deux semaines. Le médecin vous recommandera du repos, une bonne hydratation et des médicaments en vente libre. Des analgésiques et/ou anti-inflammatoires peuvent également vous être prescrits pour combattre la douleur et la fièvre.

Lorsqu’une méningite aseptique est d’origine fongique, ou lorsqu’elle est causée par un virus pour lequel il existe un traitement, comme dans le cas de l’herpès, le médecin vous prescrira des médicaments spécifiques. Dans le cas d’une méningite bactérienne, des antibiotiques en intraveineuse, ainsi que, le cas échéant, d’autres médicaments, seront nécessaires pour traiter les symptômes les plus graves, comme la tuméfaction cérébrale ou les crises. Il est possible qu’en fonction de la situation vous deviez séjourner à l’hôpital.

Long terme

Moins d’un pour cent des patients atteints de méningite aseptique développent une maladie durable. Dans la plupart des cas, la maladie guérit d’elle-même une à deux semaines après l’apparition des premiers symptômes.

Dans de rares cas, la méningite aseptique peut déboucher sur une infection cérébrale. Le risque de complication est plus important en l’absence de traitement ou lorsque vous êtes atteint(e) d’une condition sous-jacente qui affaiblit votre système immunitaire.

Prévention

Conformément aux recommandations de votre médecin, faites-vous vacciner, ainsi que vos enfants, contre des virus tels que ceux de la varicelle et des oreillons. Ils peuvent être à l’origine d’une méningite.

Une hygiène scrupuleuse réduit le risque méningitique. Lavez-vous les mains avant les repas et après être allé(e) aux toilettes, et apprenez à vos enfants à faire de même. Couvrez-vous toujours la bouche avant de tousser ou d’éternuer. Ne partagez pas de boissons ou d’aliments avec les autres, en particulier dans un environnement de groupe.

Il est également important de se ménager un repos suffisant, de privilégier des habitudes alimentaires saines, et d’éviter les contacts avec les personnes présentant des symptômes de rhume ou grippaux.

Related Articles

Traitement pour soigner les mycoses de la main

Irene

Abdomen gonflé : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Traitement de la mycose vulvaire chez la femme

Irene